( Borne soliguide sur le parvis de la gare Bordeaux St Jean )

Borne Soliguide sur le parvis de la gare Bordeaux St Jean


Pendant 5 mois, Solinum et Gare & Connexions SNCF ont mis en place et testé la première borne solidaire interactive de France, sur le parvis de la gare de Bordeaux St Jean. La borne Soliguide, unique au monde, permet d’orienter les personnes en errance vers un grand nombre de services adaptés à leurs besoins. 

 

L'information : un besoin vital pour les personnes en difficulté

Aujourd'hui, en France, il est question d'un peu plus de  200 000 personnes SDF et de 566 morts de la rue en 2018 (chiffres du Collectif Les Morts de la Rue). Ces pertes sont sensiblement équivalentes aux nombre de noyades en France à l'été 2018 (chiffres de l’agence sanitaire Santé publique France). Nombreux sont celles et ceux qui n'ont pas su vers qui se tourner, ni même où aller.

Depuis début 2017, la plateforme soliguide.fr recense et cartographie tous les lieux ressources utiles aux personnes en situation de précarité : alimentation, hygiène, santé, ou encore conseil administratif et matériel.  Actuellement implanté dans cinq départements différents, la plateforme a permis plus de 40 000 orientations depuis son lancement.

 

La Borne Soliguide

" La borne arrive en complémentarité de Soliguide, elle est la solution sans restriction d'horaire 7J/7 et 24H/24h, un guide  numérique à plein temps !"

A travers l'appel à projets XP Saint-Jean lancé par SNCF Gares & Connexions, en partenariat avec la fondation Bordeaux Université, un nouveau dispositif complémentaire a été inventé : la borne solidaire interactive. L’association Solinum en collaboration avec l’association d’étudiants de Sciences Po Bordeaux ESSplicite, a ainsi installé cette borne inaugurée en juin 2018. Installée en extérieur, la borne multi-services permet d'orienter et de faciliter l'accès à une information fiable 24h/24 pour les personnes en errance autour de la gare, même pour celles qui ne sont pas équipées de smartphone. Les gares ferroviaires étant particulièrement concernées par l'errance, installer notre borne à la gare nous semblait être une localisation pertinente. Ainsi, la gare Saint-Jean est devenue la première gare en France à mêler numérique et solidarité à travers cette expérimentation innovante.

 

L'expérimentation

Sur 4 mois d'utilisation, 2 460 recherches ont été enregistrées.

Au terme de l'expérimentation, une évaluation de l'impact de la borne a été réalisée sur trois groupes : les personnes en errance, les associations bordelaises, et les voyageurs en gare. Les retours ont été enthousiastes à travers tous les groupes, et de nombreuses remarques et idées vont nous permettre d'améliorer encore le dispositif. 

La mesure de l'impact de la borne a ainsi révélé que :

  1. La borne a été le plus utilisée en juillet et en août, soit durant les mois d'été. Cela fait sens, dans la mesure où la saison estivale est celle qui présente les plus grandes difficultés pour les sans-abris.
  2. Les femmes se sont particulièrement servies de la borne. En effet, leur filtre ainsi que les fiches de structures qui leur sont réservées, ont été proportionnellement beaucoup consultées.
  3. Les services répondants aux besoins primaires ont été le plus sollicités. Ainsi, les catégories les plus recherchées ont été, dans l'ordre : Alimentation, Hygiène et bien-être, et Accueil.

Les conclusions de l'évaluation

1. Une borne efficace et des informations de qualité

La grande majorité des personnes interrogées a émis des avis positifs sur la borne. C'est en particulier le cas des bénéficiaires directs et des voyageurs.

" Pour un SDF, pouvoir être informé et guidé sans avoir à passer par téléphone, par le 115 qui est débordé, c'est une excellente chose. "

Les bénéficiaires et les associations sont satisfaits, voire très satisfaits, face à l'exhaustivité et l'actualité des informations présentes sur la borne. En effet, la borne étant reliée à la même base de données que soliguide.fr, ses informations sont améliorées et mises à jour par l'équipe Soliguide.

 

2. Une interface qui peut encore s'améliorer 

Suite à cette évaluation, de nombreuses remarques vont nous permettre de faire évoluer notre borne. Par exemple, l'ajout d'icônes et une plus grande accessibilité aux personnes illettrées sont envisagés.

Aussi, d'un point de vue pratique, il serait intéressant de diminuer la hauteur de la borne, afin de la rendre plus accessible aux personnes mineures et aux personnes à mobilité réduite. Enfin, des modifications sont envisagées concernant la protection de l'écran de la borne, qui est aujourd'hui trop exposé au soleil.

 

L'expérimentation se poursuit

La borne solidaire a encore de beaux jours devant elle, puisqu'elle restera cette année encore à la Gare de Bordeaux-Saint-Jean. Après le succès de cette expérimentation, l'ambition est maintenant d'élargir le champ d'action et d'introduire d'autres bornes en France. L'expérimentation a également permis de déterminer des axes d'optimisations et de nouvelles fonctionnalités devraient voir le jour sur les prochaines bornes. 

 

 

Qu'est-ce que le plan Grand Froid ?

Aujourd'hui, nous sommes le mardi 22 janvier 2019. Il neige pour la toute première fois de l'année à Paris, et le plan Grand Froid vient tout juste de commencer. Mais de quoi s'agit-il exactement ?

Chaque hiver, l’État met en place le plan Grand Froid, dont vous avez probablement déjà entendu parler via les médias. Il s'agit d'un ensemble de mesures de protection des publics les plus vulnérables en cas de conditions climatiques particulièrement difficiles.

Mais il ne s'agit que de la partie visible de l'iceberg ! En vérité, ce dispositif se décompose en plusieurs mouvements, qui durent plusieurs mois.

En effet, du 1er novembre 2018 au 31 mars 2019, l’État met en place le Plan Hivernal, afin de protéger les sans-abri. Une nécessité : les personnes sans domicile ou qui demeurent dans des logements insalubres, mal chauffés ou mal isolés sont particulièrement vulnérables.

En réalité, près d'1% seulement des décès de SDF sont effectivement dus à l'hypothermie, mais cette période reste cependant spécifiquement ardue. De fait, le froid aggrave le risque de maladies infectieuses, notamment respiratoires, et les pathologies cardiovasculaires, en particulier les maladies coronariennes. De plus, les accidents vasculaires cérébraux sont plus fréquents. Voilà pourquoi des soutiens s'avèrent nécessaires.

Officiellement, le Plan Hivernal s'intitule le « Protocole Hivernal Départemental ». Il se décline en trois parties : un renfort continu, un renfort ponctuel et une action spécifique nommée « Grand Froid », en cas d'urgence climatique. Si tous ces plans sont enclenchés, plus de 3 000 places d'hébergement peuvent être libérées à Paris.

En outre, le gouvernement cherche à faciliter le retour au logement des SDF, en projetant de créer 50 000 places en logement adapté et 40 000 logements sociaux, de 2018 à 2022.

Davantage de lieux d'hébergement sont ouverts, des gymnases sont aménagés pour accueillir temporairement des personnes, l'action du Samu Social (le 115) est renforcée, et les maraudes sont multipliées. Cette année, ces dernières seront davantage déployées sur le territoire, grâce à 5 millions d'euros que l’État débloque spécifiquement à cette fin. Ainsi, les associations peuvent plus facilement entrer en contact avec les sans-abri qui ne souhaitent pas forcément contacter le 115, et leur venir en aide.

Enfin, de nombreuses structures adaptent leurs horaires d'ouverture, afin d'offrir un abri plus pérenne aux publics les plus vulnérables.

Structures de Paris dont les horaires changent

De nombreux lieux comme des accueils de jour ou encore des ESI (Espace Solidarité Insertion) changent d'horaire lors du Plan Grand Froid. C'est pourquoi Soliguide a mis à jour les structures de Paris, et en particulier celles-ci, qui ont élargi leurs horaires d'ouverture :

Mardi dernier, Solinum a eu le plaisir de recevoir le soutien du fond de dotation Qualitel lors d’une cérémonie de remise des prix. A nos côtés, nous avons eu le plaisir de voir recompenser des beaux projets tels que Entourage, Unity Cube ou Iglou.

Ce soutien va nous permettre de continuer à développer et essaimer Soliguide, afin d’orienter toujours plus de personnes en situation de précarité vers la réinsertion. Nous remercions chaudement l’association Qualitel pour sa confiance !

Comment réagir en période de grosses chaleurs ?

Face à la canicule, les sans-abris sont en réel danger. Près de 30 000 personnes sans-abris vivent loin de points d’eau.
Contrairement à en hiver, période où un « Plan Grand Froid » bien structuré est mis en place, rien n’est particulièrement adapté aux périodes de grosses chaleurs, entrainant davantage de décès qu’en hiver…
D’autant que de nombreux centres d’accueil ferment, représentant une épreuve supplémentaire.

Mais comment réagir ?

1- Si vous voyez une personne à la rue en difficulté évidente, en situation de déshydratation, n’hésitez pas à lui fournir de l’eau ou le cas échant, lui indiquer les fontaines près de votre position et ce, grâce à la plateforme www.soliguide.fr sur laquelle est référencée, par exemple, près de 430 fontaines à Paris.

2- Vous pouvez également lui indiquer les centres d’accueil ouverts et les bibliothèques pour qu’elle puissent s’abriter, rester à l’ombre.

3- Si vous disposez de chapeau, béret ou de casquette en plus, faites en leur don pour qu’elle puisse se protéger des insolations.

4- En cas de malaise, appelez sans hésiter le 15.

Enfin, EAU DE PARIS à très récemment posté ce plan sur lequel est indiqué tous les îlots de Fraicheur de Paris.

Voici le comparatif du nombre de personnes sans-abri en France d’après la Fondation Abbé Pierre.

Un triste constat, d’autant que l’on suppose que le nombre de sans-abri a augmenté de 50% ces dix dernières années…

Comment lutter contre le sans-abrisme, permettre à des personnes en difficulté de se réinsérer lorsque l’on sait que le première nécessité est d’avoir un logement stable…

Un grand respect à la Finlande qui a su appliquer le Housing First de façon exemplaire et qui a également vu près d’un tiers de ses prison fermer ces dernières années !

#HousingFirst

En Avril dernier, nous avons été contacté par le réseau d’associations et SIAO du 93, Interlogement 93. Nous avons alors entrepris un travail en partenariat afin de cartographier l’ensemble du territoire du 93 : distributions alimentaires, accueil de jour, douches, conseils administratif, bagageries, etc.

Grâce à la réactivité et le dynamisme des acteurs locaux, c’est à peine 2 mois plus tard que nous pouvons vous annoncer le lancement de Soliguide 93 ! Plus de 300 structures et associations ont ainsi été ajoutées à notre base de données pour venir l’enrichir. Toutes ces informations vont permettre d’orienter encore plus efficacement les publics en précarité du territoire (sans-abri, SDF, réfugiés, familles, femmes victimes de violences, mineurs isolés étrangers).

Au delà de l’ajout des structures sur Soliguide.fr, c’est surtout beaucoup d’améliorations à venir sur la plateforme ! Les associations locales ne manquaient pas d’idées, que nous allons intégrer au fil des mois à venir, comme l’ajout d’une catégorie « hébergement à bas coût » avec les auberges de jeunesse peu chères.

Vous voulez voir Soliguide s’étendre à d’autres territoires ? N’hésitez pas à nous envoyer un mail à contact@solinum.org !

Jeudi, nous avons eu l’honneur de présenter notre projet Soliguide dans l’émission 9h50 le matin de France 3.
Sur le thème des solutions à la grande précarité, nous avons échangé avec :

  • Louis-Xavier Leca, fondateur du Carillon. Le Carillon est un réseau solidaire entre habitants, commerçants et personnes sans-abri leur permettant de profiter de petits services dans les commerces.
  • Ranzika Faïd, fondatrice de Mobil’douche. La douche mobile sillonne l’Ile-de-France et d’autres villes françaises pour permettre aux personnes sans-abri d’accéder à une douche et des produits d’hygiènes.
  • Julien Billion a suivi pendant 3 ans 3 jeunes sans-abri, et a produit un documentaire : « Comme tout le monde ».
  • Kenny est un des jeunes suivis par Julien dans son documentaire.

Vous venez d’arriver à la rue, et vous ne savez pas quoi faire ?

Bien sûr, il n’existe pas de recette miracle ou de processus tout trouvé permettant de se réinsérer automatiquement. Néanmoins, nous avons réuni ici quelques conseils qui vous seront utiles:

1. Appeler le 115

Quelque soit votre département, le 115 est le numéro d’urgence qui vous permettra d’accéder à un hébergement d’urgence. Bien que souvent saturé, cette première démarche vous permettra d’être repéré par les services sociaux, ce qui vous sera utile par la suite.

2. Prenez contact avec le CCAS local

Ils vous permettront d’établir un bilan de votre situation, et de commencer les démarches en vous orientant vers un travailleur social.  Suite a ce premier entretien, il sera désigné un.e assistant.e social.e qui deviendra votre référent.e, c’est elle ou lui, que vous devrez rencontré si besoin est apres avoir pris rdv, il ou elle vous accompagnera jusqu’à votre entrée dans un centre d’hébergement de réinsertion (chrs) ou dans un logement.

3. Demandez une domiciliation

La domiciliation est la première étape de toute démarche administrative en france. Elle vous permet d’avoir une adresse à laquelle vous recevrez votre courrier. Cette adresse est indispensable pour les droits sociaux, de santé, de logement, etc.

-> Pour trouver les lieux permettant de se domicilier, rdv ici.

4. Repérez les adresses utiles

Afin de vivre dignement, repérez les adresses pour :

  1. Manger 
  2. Vous doucher
  3. Poser vos bagages en toute sécurité
  4. Laver vos vétements

5. N’oubliez pas de prendre soin de votre santé

A la rue, la santé se détériore vite. Même sans aucun papier, il est toujours possible d’accéder en France aux soins grâce aux permanences PASS. Cliquez-ici pour trouver le centre de soin le plus proche. 

6. Demandez un logement social le plus vite possible

Les demandes HLM ont une file d’attente très long. En conséquence, demandez à votre assistant sociale de faire la demande au plus tôt. Vous pouvez vous inscrire sur https://www.demande-logement-social.gouv.fr.

7. Recours au DAHO

Au bout de 2 mois, si vous n’avez toujours pas intégré de place d’hébergement, d’urgence ou non, vous avez la possibilité d’avoir recours au DAHO (Droit A l’Hébergement Opposable) via une procédure devant le tribunal d’instance ou un recours a l’amiable avec le médiateur de la république. Pour accéder au DAHO, assurez vous que votre assistant social a bien effectué une fiche SIAO au plus vite, car cette date sera prise en compte pour le délai de 2 mois.

8. Trouver un travail

Le premier réflexe, pour trouver un travail, est d’aller au pôle emploi le plus proche pour ouvrir votre dossier. Cependant, ils ne sont pas toujours formés aux spécificités de votre situation. De nombreuses associations peuvent vous aider en vous accompagnant dans votre recherche d’emploi.